Writings versus orality: two keys to understanding Chinese texts – Anne Cheng



bonjour anne cheng vous ajoutez des airs de la chaire histoire intellectuelle de la chine vous ne concevez votre enseignement qu en vous appuyant toujours sur le texte d'origine et puis vous ajoutez en fait le dire du texte pourtant il ya pas forcément j'imagine que des 6-10 ans qui viennent vous écoutez pourquoi il vous semble indispensable d'avoir à la fois le texte et l'oral la pensée en chine en tout cas dans le dans le contexte anciens et classique se constitue donc à partir justement delà de la graphie l'étude de la graphie correspond à un petit peu à ce que en europe on appelle l'étymologie au fond ça permet justement de voir non seulement en fait l'origine d'un graphe m mais aussi justement de suivre un petit peu l'évolution sémantique et donc ça me paraît absolument indispensable justement de montrer même à dénonce inizan comment non seulement se forment donc les caractères écrits mais à partir de là comment se forme de la pensée puisque elle se développe justement à partir de la visualisation de ces caractères d'autre part le leçon bien sûr et est important dans la mesure où beaucoup de textes antiques se comment dire se constitue autour de phrases qui sont rythmés et rim et par conséquent même si les rimes bien sûr ne se retrouvent plus forcément dans la langue moderne qui a qui a évolué mais il est important justement pour des auditeurs même nom sinisant donc de d'entendre le texte et avec mes étudiants quels qu'ils soient quel que soit leur niveau je leur dis toujours qu'il faut faire comme comme flaubert c'est à dire donc gueuler le texte pour justement arrivé non seulement à saisir la musicalité la sonorité mais tout simplement à saisir le sens parce que très souvent c'est le rythme de ces textes qui révèle en quelque sorte le le sens

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *