Tout ce qui n’est point prose, est vers

100 thoughts on “Tout ce qui n’est point prose, est vers

  1. Avec quelle finesses s’exprime ce Monsieur Phi,
    Lui, qui, avec allégresse, nous pondît un texte que je croyais presque infinie.

    J’ai dû redoublé d’effort contre Sommeil et Paresse
    Car à l’heure où j’écris
    Je ferais mieux d’être tendrement endormi
    Si je veux éviter le dur Réveil et son épée de Damoclès !
    Tout ça, et si peu, pour se faire remarquer par les abonnés.
    Dans un fieffé élan de narcissisme,
    Et même Narcisse n’a jamais esquissé de tel plan,
    Ce piètre commentaire je l’écris
    Dans l’espoir que Monsieur Phi
    Appuie sur le bouton « favori »

    Bonne nuit !

  2. Écriture de talent et délivrance du texte impeccable! Félicitations Monsieur Phi et bonne année qui commence bien!

  3. "autre époque" : tu ne prononce pas le /e/ de "époque. Pourtant quand je lis je vois bien que tu le comptes dans ton hémistiche

    autre exemple dans l'écriture : la césure entre "notez" et "que" : elle est encore une fois permise par le texte, mais annulée par la lecture.

    Du coup, j'en viens à mon propos :

    En fait, si tu peux cacher ton jeu sur le début, c'est parce que tu prends soin de ne pas marquer le rythme en lisant. Un poème – entendons qu'on le définisse par la présence de son rythme (et certes, cela peut se discuter) – n'est poème qu'une fois qu'il est lu / dit / déclamé / interprété…

    Un "e" qui saute à la lecture, ne pas marquer la pause entre deux vers, ne pas marquer la césure (pourtant permise par le texte et qu'on aurait pu marquer par une légère pause), d'autant plus avec un texte qui lance rejet sur rejet et enjambe à l'envie, sont de mon point de vu autant de moyens de passer sous silence un rythme permis par le texte.

    Pour conclure, il me semble que tu joues à cacher dans ta déclamation que ton texte aurait pu donner des vers si déclamé autrement, mais ta lecture en soi, je pense pouvoir dire que c'est bien de la prose. A vrai dire, je me demande quel est ton avis là-dessus, et l'avis des autres humains aussi d'ailleurs.

    PS : C'est en tout cas très élégant. Un plaisir à voir et entendre 🙂

    PS n°2 : J'aurais dû parler de vers et de prose en fait, pas de poème et de prose. Ça aurait plus clairement distingué la poésie comme rythme (dont je parle ici) et la poésie comme chose-interdite-à-définir-divine-sacrée-libre-etc. (dont je ne parle pas ici)

  4. Wow.. je ne sais que dire … simplement merci. Merci Monsieur Phi de redonner à la plateforme qu'est Youtube la qualité qui lui est due, et d'inscrire sur mon visage un sourire qui n'était depuis longtemps apparu 🙂
    (J'ai tenté la rime)

  5. Quel délicat rafraîchissement à mes oreilles :
    Montrez nous, Monsieur Phi, d'autres semblables merveilles !

  6. Scienne etonnante avait fait un logiciel qui pouvait créer des mots à consonnance spécifique selon le pays. Il avait fait des calculs mathématiques pour associer les voyelles et consonnent selon les probablités qu'elles ont à sortir dans la langue. Je suis certain qu'il serait possible de faire qquechose de similaire avec la poesie…

  7. D'abord j'aimerais sincèrement vous remercier,
    Pour ce spectacle auquel nous avons assisté.
    Vous m'avez redonné goût en la poésie,
    Et ce en seulement quelques vers, très bien écrit.
    Du grand art !

  8. Exercice amusant, bravo 🙂

    Mais je dois t'avouer que je préfère écrire en prose qu'en vers, parce que même si les vers rendent le texte un peu plus joli à l'oreille, ils ne le rendent pas plus clair. De plus, ils t'obligent parfois (ou souvent) à utiliser des mots ou tournures qui ne sont pas forcément les plus adapté(e)s à ce que tu veux exprimer.

  9. Tres bon taf et sans rature o/
    Manque quand même les sous titres pour permettre a tout les autre locuteurs de traduire dans leurs langue d'origine .
    ( je parle du sous titrage Youtube ^^ )
    Bonne continuation o/

  10. "Apres le bonnet rouge au vieux dictionnaire rien n'était jamais trop revolutionnaire" j'adore le clin d'oeil à Victor Hugo 😉

  11. quelle mise en abime géniale! de la poesie qui parle d'elle-même en se cachant d'elle-même! Et avec un choix musical très approprié : monsieur phi? Avoue que le choix de Dave Brubeck "take five", dans cet album "out of time" est clairement délibéré! un album où le compositeur se dit "tiens, et si on sortait du carcan des mesures à quatre temps avec une métrique différente, sans que cela se sente ni se voit à la première écoute?". Ca fait echo à ta vidéo non? ce n'est pas un hasard, je me trompe?

  12. Ce joli texte en prose, mais pourtant versifié m'encourage maintenant à aussi essayer de placer quelques vers très joliment tournés. Quand je m'exprimerai, en cette nouvelle année, je le ferais en vers, autant que je le peux. Car si l'on peut ainsi, à l'aide d'aussi peu rendre tous ses écrits, plus lisibles qu'insipides, alors je vous dis oui : Quelques rimes intrépides
    seront dans mes écrits, partout disséminées.

  13. Devra t'on par défaut se plier aux grands mots?
    Vieil alexandrin, mérite tes louanges
    n'est ce pas convenu, n'en faisons nous pas trop
    à user sans remords la langue des anges?

    chait pas en fait j'en sais rien.

  14. Je me suis essayé à la poésie mais je me suis dis que j'allais vite stoppé… " Tes yeux sont bleus, comme la veine qui parcourt ma queue. "

  15. 5'18 : "Pour constater qu'aucun ne manque à la mesure".
    Désolé de faire mon relou dans la nuée d'éloges, mais même si ton texte est assez beau et bien pensé, ta lecture n'est pas bonne car tu ne prononces pas tous les "e" qu'il faut dans les vers :

    (…)
    "C'est un bic que j'ai pris. Autre époquE. Bien loin"
    (…)
    "C'est très bien commE ça. Pas de rime exigeante,
    Pas de mètrE. Je cours commE cela me chante"
    Etc.

    Du coup la musique est niquée, parce que le rythme est niqué. Bon, je sais bien que c'est pour masquer tes alexandrins, mais c'est de la triche !
    Et aujourd'hui peu de gens savent lire la poésie en vers dont les syllabes sont comptées, donc ce n'est pas pédagogique 🙂
    Il y a de très beaux passages à part ça !

  16. "un flot d'alexandrin parfait" au singulier ? Voilà le bon commentaire d'un prof de français qui s'est échiné à trouver la bêbête qui pouvait disqualifier l'ensemble de l'oeuvre. Vous n'aurez donc que 19,5/20. Le niveau baisse.

  17. Magnifique video qui remplit l'âme de beauté. Je ne sais si cela est vraiment philosopher, mais ton oeuvre reste un baume pour l'esprit et le coeur, qui peuvent être las des nouveaux langages.
    Je loue et admire ton courage car il me semble que la poesie et un ardu chemin. Plusieurs fois je m'y suis essayer, j'ai chute bien plus de fois. Mais j'apprecie encore pratiquer et admirer cet art.

    Il y a un peu d'effet, à defaut d'être parfait. Mais cette video m'a donné envie d'essayer a nouveau, de créer des émotions, des rêves, du beau (comme apres avoir lu Alexandrine une BD assez sympathique).

  18. Bonjour/Bonsoir,
    J'aime énormément la façon dont sont construites tes vidéos. Je tenais à te le faire savoir. Par la suite, je me demandais si tu avais besoin d'un peu de temps libre de temps en temps.
    C'est ainsi que je me propose maintenant à monter quelques-unes de tes vidéos, selon les désirs possédés du détenteur de cette chaîne.

    J'espère que la suite des tes prochaines vidéos adviendra assez tôt,
    Cordialement,

    WingSun.

    PS : Ma signature et d’au temps plus inutile que tu sais déjà qui a écrit ce message.

  19. Encore une fois une excellente réalisation de votre part! Et de plus qui cette fois titille le domaine que je pratique, c'est un plaisir de vous lire autant que de voir cette vidéo à la fois efficace et tenace.

    Le forme élégante n'est jamais au détriment du fond et c'est au fond le plus important pour moi dans cette forme d'art.

    Grace à vos productions vous permettez de réaliser à quel point beaucoup de domaines peuvent se rejoindre pour s'enrichir mutuellement.

    J'adore également vos coopérations avec Lê de Science4All. Un rapprochement remarquable.

    Une question qui a dût vous être régulièrement posée mais parlez vous de votre chaine à vos élèves? Et si oui quels sont leur retours?

    Continuez à alimenter ce médium avec des réflexions de qualités et votre travail soigné.

    Je retourne décortiquer un peu tout ça 🙂 .

    Je vous souhaite une merveilleuse année 2018.

    PS:
    Je n'aime pas spécialement essayer de me faire de la pub, mais je trouve que le partage reste une des valeurs fondamentales de ce médium. Si cela vous déplais je supprimerais cette partie.

    Si jamais cela vous tente j'essaie moi même d'apporter ma pierre à cet édifice titanesque qu'est l'internet créatif par une hybridation poésie et chanson.
    Ma chaine qui débute avec deux chansons enregistrée (Chat d'eau et ELS) .
    Et mes textes qui sont disponibles ici :
    http://welovewords.com/search?utf8=%E2%9C%93&q=Mathieu+Curtil

  20. Ah que mon être est bouleversé,
    Si finnemment conçut, je n'ai vu les coutures
    Et pourtant j'ai bien ressenti la mélodie rythmée,
    Qui par son talent à su me charmer
    Sans prétention mais parfaite mesure
    Je remerci l'auteur de sa belle écriture

  21. C'est très puissant, le mouvement est prenant,
    Durant ce temps, je ne puis entendre ni comprendre,
    Qu'une simple infime partie, de vos dires,
    Tant la valse effrénée se jouant,
    M'amène ou m'éloigne, loin de la réalité.
    Il est difficile de savourer;
    Un si rare moment,
    Sans avoir, à regret,
    L'idée et la force,
    De sentir qu'il faut,
    Cette fois sans "é",
    Apprendre.

    L'ordre existant,
    N'est qu'un martyr,
    Du chaos des sources
    Ou devrais-je avertir,
    Les ressources du Chaos.

    C'est cette logique enivrée qui,
    Me guide à penser que,
    Les sens sont à délaisser.

  22. C'est avec joie que je vis , sur votre chaîne par hasard
    Une expérience de pensée, empli d'un grand savoir
    Pardonnez mes fautes qui pourront vous écorcher
    Mais n'était-ce pas là le but recherché ?
    Amener l'esprit à chercher et à se questionner
    Sans même une seconde chercher à respecter ,
    Des règles parfois trop strictes et difficile à combler
    Oui je suis novice dans ce domaine qui m'apparaît
    Inaccessible au début , mais il n'a pas tardé à changer
    C'est donc pour avoir créer , cette piste de pensée
    Je que je tenais à vous dire ,
    ainsi qu'à vos abonnés :
    Merci de faire vivre ici et maintenant,
    Une si belle prestation qui dépasse l'entendement.

  23. Générer un tel enthousiasme intellectuel dans les commentaires !
    Le pari est réussi d'une part quant à son contenu et sa technique, mais bien plus loin dans l'inspiration positive qu'il véhicule.
    Monsieur Phi monte en gamme

  24. Vers ou prose, qu'importe ! Car je le dis
    La beauté d'un texte est dans sa mélodie !
    Tout cela, alexandrin, pieds, sonnets, rime, césure
    Ne sont que des outils pour battre la mesure !
    Car s'il peut semble impossible d'écrire en vers
    Les difficultés, l'obstacle à la naissance,
    D'une prose, une musique, une dance
    Cet obstacle est plus sournois, plus pervers
    Alors soyons fous, imaginatif et créatif !
    Car nos figures de style et notre métrie
    Serons toujours au coin de notre poésie
    En un mot, la langue des dieux : je kiff

  25. Devant tant de beauté, mon Dieu mon coeur s'emballe !
    Résultat c'est bien simple, j'ai du tipé dix balles 🙂
    Certes c'est un peu vulgaire, mais j'espère efficace.

  26. C’est un bien bel effort, là, que tu nous proposes
    A dessiner des vers déguisés dans la prose.
    Mais ce qui est encore un peu plus surprenant
    C’est qu’un tel travail, si beau au demeurant,
    N’était pour nos aîeux qu’un objet amusant.
    Aujourd’hui il devient phenomène de foire ;
    Un talent inoui que maitrise seule l’élite,
    Un travail besogneux qui nous laisserait croire
    Qu’il n’appartient qu’à ceux que le génie habite.
    Les temps anciens se perdent et les nouveaux font peur.
    Qui aurait présumé une telle perte de valeur ?
    Qui aurait parié un tel effondrement ?
    Un retour à l’obscur, Un tel crédit à Jul ?
    Le passé me revient où chantait le talent,
    Mais aujourd’hui c’est Tal qui déplace les foules.
    Un grand merci à toi Poète au cheveu rare,
    Merci pour la lumière que tu remets au jour.
    Malheureusement je pense qu’il est déjà trop tard
    Si Youtube fait de toi le génie de ce jour.
    J’admire ta chaîne et j’y suis abonné,
    J’espère compendras-tu mon interrogation :
    Si une simple réthorique, joliment amenée
    Fait réver à ce point, posons nous la question.
    Mais bon sang que j’ai peur en ces temps douloureux.
    Que m’effraient Hanouna et les chtis à NewYork !
    Beaud’laire doit en spleener à en dev’nir heureux !
    Gardons tous ses écrits comme l’or de Fort Knox. (rime riche 😉
    Comme ceux de Rimbaud, Brassens ou Alan Poe.
    Alors oui je m’insurge de tellement de louanges.
    A la réalité je tournerais le dos,
    Si tes extraterrestres me proposaient le change
    De vivre dans un monde ou tu s’rais un idiot
    Comparé à la grâce des génies simulés
    Pour mon seul bonheur, dans ma boite fermée.
    Je sens que je m’égare et je m’arrète là.
    Continue Monsieur Phi, car tu as du travail
    Oui, nous faire penser, ce n’est pas un détail.

  27. Comment vous qualifier le texte qui suit est-ce prose ou peut-être vers, est-ce que c'est poétique ? : "Aspirant à l’émancipation de l’image de Dieu, l’Être non signifié, l’Être signifiant dans la singularité et signifié dans les vagues de la pluralité se voile (se voit le) dans le silence (si lent ce) pour s’évader (s’est va de est) dans les profondeurs de la mer rouge salée (ça l’est) et est transgressé par sa volonté (vol en T) vers le haut (le O) de la surface de l’eau cherchant son point d’attache dans l’Abîme (la bi dans l’âme) ; l’ombre duel (du elle) et l’habit de l’âme.
    Une chanson mélodieuse de l’arche de Noé (du non est) envoûtant le calme intérieur des courants des sables mouvants impénétrable par les corps dessine l’image de la glace émergée dans le miroir de l’eau (de l’O) ; une dance elliptique par les deux pieds (deux foyers – 2 π est) éclipsant le reflet du mouvement circulaire de l’astre de l’être par la relation d’échange photonique entre le soleil et la lune dont le fruit est le péché originel oscillant entre énergie et matière. Une horloge (hors loge) relaxant l’Être de l’Être pour devenir son Être rayonnant, lié par la résonnance (raison en ce) dans la subtilité d’Être dans l’Être.
    Inspiré dans le souffle de la fleur de la vie par la photosynthèse, la transparence de l’eau fixe la pureté spirituelle dans l’Esprit (est pris) terrestre cristallisant le processeur du mélange alchimique des éléments et insufflant la source de l’eau de vie dans la pierre philosophale donnant une réalité propre au percepteur, expression de la perception Adamique d’Eve manifestée par le langage de la lumière."

  28. Il est bien triste d'entendre sous-entendre que les mathématiques sont à l’opposé de la poésie…
    Les mathématiques c'est l'exemple le plus pure de la création sous contrainte !
    Et la part de liberté que nous laisse entrevoir ces contraintes est infini.

    Alors oui si on parle de réciter des théorème on parle pas de mathématique, ça serait comme dire que la poésie ou la littérature c'est simplement faire de l'impression sur des livres…

    C'est simplement qu'en mathématique "l'imprimeur" c'est nous.Mais il faut pas oublier comment a été trouvé ce théorème, ce qu'il veut dire et comment on l'utilise.
    Tout comme un poème, on penserais pas le lire sans cité son auteur, chercher comment il est construit ou cherche a comprendre ce qu'il dit.

  29. Étonnamment c'est par cette vidéo, la plus "hors-série" de la chaîne, que j'ai découvert Monsieur Phi, et c'est toujours celle qui me plaît le plus ! En plus je crois qu'absolument toutes les règles de vérification classiques sont respectées, il y a l'alternance du genre des rimes, pas de "e" muet mal placé, etc. Mais comme tout le monde je me suis fait avoir, je n'avais repéré que quelques rimes hasardeuses…
    En tout cas un grand bravo et un grand merci pour cette chaîne, qui donne vraiment envie de se poser des questions et de philosopher par soi-même.

  30. Trolling versifié :

    "Amis, le philosophe est un scientifique,
    C'est la raison qui fait l'esprit philosophique !
    Il ne faut point confondre un stupide écrivain
    Avec un philosophe" : ainsi cet aigrefin
    Charmait-il son public avec son bavardage ;
    "Raison, non poésie" était son seul adage.
    En lui donc Archimède à Socrate se joint,
    Bref, il tient du savant, mais du poète, point !
    En ces lieux on vomit le vil art littéraire,
    Aucune place, donc, pour Hugo, Baudelaire.
    C'est du moins ce que croit l'honnête spectateur,
    Mais qu'apprend-il ici ? Ce fait dévastateur :
    Il apprend qu'en secret ce Monsieur Phi s'amuse
    Dans des vers réguliers à taquiner la muse !
    Hélas, ce soi-disant esprit rationnel
    Est un petit poète, un coeur passionnel !
    Pour s'amender bien sûr le fripon nous propose
    Une distinction entre les vers, la prose.
    Le but est de montrer qu'un vers conservateur
    Peut imiter de la science la rigueur.
    Ainsi ce Monsieur Phi, qui paraissait crédible,
    Tient à présent pour nous un discours inaudible.
    Bon : la philosophie, une science ? Soit.
    Mais la poésie ? Ah ! Qui parmi nous le croit ?
    Comprenons à présent son projet maléfique ;
    Camarades, voyez : ce faux scientifique
    Prend l'habit du savant pour berner l'auditeur,
    Mais ce n'est rien de plus qu'un versificateur.
    D'abord il fait gober que la philosophie
    Est science ; à présent, aussi la poésie !
    Nous étions confiants, mais ce front dégagé
    Cachait les cheveux longs d'un poète enragé.
    Fi !

    Dans un second temps je voudrais vous montrer
    Que même en poésie on devra le contrer.***
    Car celle qu'il pratique est de la pire sorte,
    Et fort heureusement depuis longtemps est morte.
    Or, cette poésie obsolète, à jeter,
    Ce rimeur odieux veut la ressusciter,
    Redonner sa couronne au vieux dictionnaire :
    Rien pour lui n'est jamais trop réactionnaire.
    Il voudrait vivre au temps des prêtres et des rois,
    Cet idolâtre vil des Muses d'autrefois !
    La femme alors souffrait d'un corset qui la blesse :
    De même, Monsieur Phi voudrait, fausse noblesse !
    Emprisonner le vers dans ses vieux fers rouillés :
    Rimes, élisions et mètres verrouillés !
    Résumons en deux mots son projet délétère :
    Contrainte rétrograde et retour en arrière.
    Dans ses vers surannés, ce poète mesquin
    Prône les idéaux d'un Henry de Lesquen !
    Monsieur Phi se révèle en poète fasciste,
    A l'oreille de qui « libre » égale « laxiste ».
    Le laisser faire ? Non ! Laissez-le, vous verrez :
    Il remettra leurs fers à nos vers libérés !

    Quant à moi, sachez-le, c'est en versant des larmes
    Que de notre ennemi j'utilisais les armes.

    ***Je viens de remarquer qu'ici deux rimes masculines se suivent, j'ai chié la transition, mais flemme de corriger :p.

  31. Ça fait plaisir de voir que des droitiers peuvent écrire aussi mal que les gauchers. De la part d'un gauchers merci. Et mille merci pour toutes ces vidéos délectables.

  32. Une journée encore, sempiternelle augure
    Finira-t-elle son heure, avant d'avoir commencé ?
    Quand des cadrans vitreux, nous forcent à la mesure,
    Tout tourne et s'égosille, rien ne se semble exister.

    Le temps rattrape au col, les derniers resquilleurs
    Et les oisifs trop malins, que rien ne presse
    Nous tournerons madame, jusqu'à la dernière heure,
    Car le mouvement des jours, ne souffre aucune paresse.

    Dans ce siècle vissé, fi donc la rectitude,
    Simplement se lever, n'est plus une habitude
    Ecrivez ! En vers où en prose peu m'importe,
    Avant que la mort, ne frappe à votre porte.

  33. Mené par le hasard
    À cette vidéo
    Je fus subjugué par cet art
    Qui dans mon cœur règne haut.

    Pourtant la richesse d'esprit
    N'est point chez Monsieur Phi (1)
    Mais bien dans les commentaires
    Qui en prose ou en vers
    Recèlent de merveilles.

    Jeune étudiant qui écrit en prose
    Dans un genre sans noblesse (2)
    (Mais qui cache de nombreuses roses)
    J'essaie le langage de la Déesse.

    Sûrement est-ce laid, dissonant, disgracieux !
    Et qu'importe – pour un début – si je ne parle pas la langue des cieux !
    Sans beauté, sans résultat que j'aime
    J'aurais au moins essayé, tout de même.

    1. Sans vouloir vexer monsieur Phi ^^ la vidéo est excellente, mais y a des perles pour une fois dans les commentaires (dont je ne fais pas partie ^^), c'est surprenant sur YouTube.

    2. Je parle des fanfictions ^^ j'écris dans ce genre pour m'améliorer avant de commencer à écrire mes propres histoires

    Qu'avec-vous pensez de ma tentative de poème ? Des pistes d'amélioration ? Je sais que j'ai pas respecté toutes les règles… pourtant je les ai vu y a tout juste quelques mois en cours de français (3e) ^^

  34. ouaou j'arrive après la bataille mais quel régal que ce poème ! La façon dont tu as utilisé le format vidéo pour le partager est très ingénieuse aussi, chapeau bas !

  35. Quelle harmonie à l'oreille ! Tant de mots et de belles choses en quelques pages ! Et redonne à la poésie tout son charme !

  36. C'est la deuxième fois que je passe par ici, quand je ressasse, c'est que je n'ai pas compris. Or, pour une fois, j'ai entendu le contenu, grâce à ce juste titre, avant ma venue ; ce qui ne m'a pas empêché de visionner. Au contraire, poésie me faisait saliver ; je le reconnais, même plus que philosophie. Car la poésie est une fin en soi, elle se "vie" ; luxuriance de beauté gratuite, mais rare… En fait, je ne connais de cours à son égard, ni même de professeurs ou de professions. Liberté ! comme si elle n'était à personne, mais s'offrait à tout le monde sans distinction.
    Encore plus vite qu'à la première donne, cette vidéo ébahi autant qu'elle ressource : tant en émotions crues qu'en inspirations douces. D'où ma prédiction sûre : je vais y retourner, rien que pour cette éloquence qui fait rêver. Reconnaissante de ce que vous m'apprenez, je me devais de vous rendre cette monnaie (non pas sur Utip ou Tipeee cette fois-ci), mais celle prenant tout son sens dans ce lieu-dit, si vous permettez : Je pense, donc je poésie.

  37. bravo, ta diction est vraiment dingue, casser la récitation d'alexandrin est pas évident mais tu la maîtrise ! On écoute, on ressent l'alexandrin, mais c'est d'un naturel ! Bravo.

  38. Des mois et des mois encore et j'en suis toujours a revoir cette video.
    Ah que c'est bien ecrit, que c'est agreable.

  39. "De la musique avant toute chose,
    si tout ce qui n'est point vers, est prose,
    était-ce bien un choix volontaire
    cette célèbre musique impaire ?"

    (je me pose vraiment la question : choisir Take Five, morceau en 5/4 – cinq temps par mesure – pour accompagner des alexandrins, c'est une méta-référence à Verlaine ? Un easter egg polyrythmique ?)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *