Education : La France dernière de la classe ! avec Barbara Lefebvre – Salut les Terriens



ceux qui prétendent que le niveau des élèves est en baisse se trompe en réalité leur niveau est en chute libre dans son livre génération j'ai le droit barbara lefebvre cite des chiffres alarmants en 87 on a fait passer une dictée à 4000 enfants de cm2 et la note moyenne était de 10 sur 20 en 2015 on a refait exactement la même dictée toujours avec des cm2 résultat la moyenne était de 3 sur 20 de nos jours 20% des élèves ne savent pas lire lorsqu'il entre en sixième autant dire que leur scolarité est largement compromise ainsi leur vie professionnelle il n'est donc pas étonnant que la priorité du nouveau ministre de l'éducation soit de réformer l'école primaire le conte objectif c'est lire écrire compter respecter autrui la fin d'école primaire pour ce qui est d'apprendre à lire à écrire et à compter blanc caire souhaite le retour aux méthodes classiques retour du bea bas pour apprendre à lire retour de la grammaire traditionnels il a même recommandé d'apprendre par coeur les fables de la fontaine en revanche pour ce qui est d'apprendre le respect d'autrui blanc terre n'a pas révélé sa méthode je me suis ennuyé au collège et même si je sais que je suis pas la seule j'ai souvent l'impression d'être le souffre douleur al qassam selon barbara lefebvre c'est pourtant le problème principal de l'école elle estime en effet que la nouvelle génération bappoo systématiquement les règles de la vie en commun cette obligation à subir la contrainte sociale à vivre avec les autres à être dans ce qu'on appelle le commun ça pose problème un certain nombre d'élèves aujourd'hui mais de façon assez générale on observe cette identité du mois qui s'impose aux autres le feq l'étude pisa 2015 confirme son diagnostic sur les 72 pays évalués la france se classe 71e pour secret de la discipline en classe au collège et au lycée selon les témoignages des élèves les bavardages en cours sont fréquentes les professeurs ont du mal à ramener le calme et ça empêche tout le monde de se concentrer réclamer le retour de la discipline à l'école ce n'est pas forcément un truc de réa qui perd à droite en effet selon l'étude pisa ce sont les élèves des milieux défavorisés qui sont le plus pénalisées par le manque de discipline en classe mais comment convaincre la génération j'ai le droit qu'il faut savoir se taire écoutez pour apprendre [Musique] et voici que de blacko mise en image que julien gracq baballe faisait bon soir le qu'enseignante et c'est ici et vous publié chez albin michel génération j'ai le droit bienvenue parmi nous alors pourquoi en matière d'éducation la france est elle la dernière de la classe d'abord il ya le pédagogisme alors le pédagogisme c'est une approche éducative qui agit uniquement pour l'épanouissement de l'enfant en oubliant la méthode classique qui permettent d'acquérir les savoirs fondamentaux c'est ça le pédagogisme oui c est une idéologie qui travaillent l'éducation nationale depuis une trentaine d'années maintenant effectivement la question de l'autorité puisque c'est ce que vous évoquez dans le sujet ça fait quarante ans qu'on nous explique que l'autorité c'est la domination donc pourquoi est-ce qu'on respecte et l'autre l'autorité puisqu'une allemand c'est pour dominer l'individu et puis obéir c'est s'aliéner alors c'est normal de désobéir c'est même un droit de l'individu donc la génération j'ai le droit mas est légitime de contester l'autorité et de refuser d'obéir en particulier au m alors pour la génération j'ai le droit en fait le jeu passe avant l'intérêt général c'est ça oui c'est ça c'est le triomphe du mois c'est le triomphe de l'individualisme mais c'est quelque chose qui ne concerne pas que la génération d'aujourd'hui d'ailleurs c'est le sous titre du livre c'est la faillite de notre éducation ont néanmoins tous responsables ici d'abord en tant que parents nous mêmes en tant qu'enseignant je moi je je me mets aussi en question lorsque je suis j'entre dans ma classe et je considère qu effectivement la discipline c'est un élément fondamental pour permettre justement à tous les élèves de travailler et en particulier quand j'enseignais à z je pensais que c'était vraiment là qu'il fallait qu'ils et de la discipline ce qui veut dire vous êtes prof d'histoire-géo c'est ça ah bah oui c'est moi j'ai jamais quitté le terrain de l'école j'ai juste fait une petite parenthèse pendant trois ans mais sinon moi je suis toujours proche de terrain contrairement à ceux qui parlent parfois de l'école s'ils n'y ont pas mis les pieds depuis longtemps alors dès la sixième en pet les élèves se lèvent en plein coït interrompu le prof il tutoie le prof en vain c'est la tyrannie de l'égoïsme au quotidien c'est ça que vous dites oui mais en même temps c'est un petit peu ce qu'on les a autorisés à faire dès le primaire c'est ça la question c'est la question éducative de façon plus générale effectivement se libérer de ses obligations à l'école ça paraît légitime à certains enfants parce que des petits on les a pas cadré donc le problème c'est le problème encore une fois des adultes qui n'ont pas forcément assumer à un moment donné leurs responsabilités et encore une fois la responsabilité des autorités n'ont pas une responsabilité de domination philippe ce que vous dites ça remonte effectivement au delà des classes primaires ou de la maternelle c'est déjà dans le foyer français c'est l'éducation que font les parents à leurs enfants c'est essentiel parce qu'après les professeurs ils font quoi ils font corps rattrapez vous essayer de rattraper ce que les enfants ce conte ans qu'on dit alors alors on peut pas rattraper dès le départ on peut pas le rattraper moi je le vis on a un bébé de deux ans et demi c'est quelque chose qu'on n'apprend pas éduquer des enfants c'est pas facile donc effectivement il faut que ça parte de là vous avez raison l'éducation c'est quelque chose qui incombe aux parents nous l'école on est censé être dans l'instruction c'est-à-dire prôné dans la transmission de savoir mais comme maintenant celui-ci pas ça qu'on a voulu transférer à la voilà c'est cet ailleurs mis l'enfant au centre du système on nous dit que c'est l'élève qu'on a mis au fond du système et non c'est l'enfant l'enfant roi mais moi j'ai fini par découvrir naouri c'est à dire le mec dit quand les enfants sont petits soyez dur avec ça vous fait mal c'est plus facile de tout leur passé mais quand ils vont être grand vous serez content d'avoir été un peu sérieux avec eux parce qu'ils savent être des adultes équilibré mais si quand ils sont petits bouts céder à leurs quatre volontés ça va faire des enfants capricieux et ingérable oriane [Rires] n'aidera vous êtes d'accord avec ça oui c'est surtout je pense je me dis que c'est vrai que en fait le can pendant lequel on les enfants sont censés voler en fait leur permettent d'acquérir leur liberté après exactement c'est exactement c'est justement pour être libre faut se confronter aux cadres et sinon la liberté on ne sait pas qu'en faire exact et surtout on s'est pas la trouver on sait pas très bien vous allez me trouver comment vous un peu comme ça ou alors il ya une différence entre les limiter l'interdiction et ma mère m'a fait énormément confiance et justement j'ai pas eu envie d'être en révolte et j'ai eu envie de lui faire plaisir parce que l art essai de confiance en moi alors le pédagogisme donc on a vu ce que c'était pile autre chose c'est l'illettrisme il ya une étude du ministère l'éducation nationale qui montrent que 10% des jeunes de 16 à 25 ans ont de très faibles capacités en lecture les gosses qui arrive en 6ème ignore la grammaire et des conjugaisons angers mais un oui c'est un vrai problème mais ce problème là encore une fois il trouve ses racines dans les méthodes pédagogiques parce qu'aujourd'hui on a tendance à accabler les enseignants accabler les programmes mais ce qui compte surtout c'est cette idéologie depuis 30 ans qui s'est imposée dans la formation des maîtres notamment et qui a imposé un certain nombre de méthodes dont on voit la totale inefficacité ça fait quand même une dizaine d'années que toutes les enquêtes montrent que le taux d'acculturation et de difficultés de lecture des élèves progressent et bien qu'on fait ces experts en sciences de l'éducation nous ont expliqué qu' il y avait des pathologies nouvelles chez les élèves qu'on appelle ça les troubles des apprentissages et qu'en fait en réalité apparemment il faut pathologies chez les élèves qu'il faut surtout faut pas remettre en question les méthodes pédagogiques qui ont fait la preuve de leur totale incompétence et surtout même de leur quasi dangerosité et puis il faut surtout pas revenir à des méthodes qui ont fait leurs preuves et je suis content de voir que monsieur blanc caire a décidé de prendre le taureau par les cornes alors j'imagine que l'écriture inclusive où fait hurler j'adore j'adore chacun chacune oui bah ça fait partie justement de toute cette idéologie de déconstruction des savoirs et surtout a fait finalement de déconstruction de notre culture classique moi je rêve pas de l'école d'avant je rêve juste d'élèves qui savent lire écrire compter et je sais qu'en sortant du collège en sortant du lycée ils pourront s'ils le souhaitent s'ils le souhaitent ouvrir à un roman de camus et puis ça va changer l'heure au moment où c'est pas le cas si la voix qui rit tout mêler des affaires des bulles tu vas dans les chambres et les autres problèmes dont l'enseignement de l'histoire est absolument incroyable c'est à dire qu'aujourd'hui par exemple on privilégie l'homme préhistorique toumaï par rapport à la démocratie athénienne oui c'est dans les nouveaux programmes ainsi dire que la préhistoire et revenus effectivement dans les programmes alors que l avait quitté il ya quelques décennies et en fait on a réintroduit la préhistoire pour nous expliquer en fait l'histoire sous l'angle des migrations puisqu'en fait finalement la préhistoire c'est le moment des premières migrations qui viennent d'afrique effectivement homo sapiens et vient d'afrique la découverte de l'agriculture moyen-orient et a donc en fait on réintroduit la préhistoire mais sous un angle très idéologique pour l'insérer dans la question des flux migratoires et du coup pour enseigner la préhistoire faut faire de la place dans les programmes donc on a dégagé les savants grecque d'ailleurs vous savez la révolution américaine elle a dégagé les révolutions anglaise aussi donc voilà le règne de louis xiv par exemple loin non ça ce ça tient même pas en un quart d'heure aujourd'hui qu'au départ qui est responsable de ses errances ses les courants soixante huitard où tu étais dans tes dans la déconstruction dans laquelle les constructions de l'histoire nationale c'est à dire c'est des gens qui voulaient déconstruire la culture classique la cus la culture de leurs parents du ca marche et les obus construite oui parce que c'était l'histoire des collabos des esclavagistes coloniaux il fallait détruire tout ça et puis recréer une espèce d'histoire qui finalement est une histoire de la contrition et surtout de l'autoflagellation moi je comprends pas comment on peut avoir envie d'aimer l'histoire de france quand on voit comment il est enseignant aujourd'hui alors en 4e on commence quant aux chapitres consacrés à la traite négrière occidentale or là c'est plus grave parce que vous dites qu'on met les gosses tout de suite dans la concurrence mémorielle c'est à dire ma souffrance en tant que noir les plus graves que la tienne en tant que juif ou que la tienne en tant que palestinien par exemple voilà donc on est dans la concurrence mémorielle on est toujours dans cette cette idée d'idéologie et de déconstruction et finalement on s'entre l'attention de l'élève sur un certain nombre de problématiques historiques qui sont des problématiques importantes mais sur lesquels à mon avis on insiste un petit peu trop c'est à dire que aujourd'hui on a une on met la loupe sur des faits historiques qui doivent être regardées aussi dans une longue durée chronologique et qui doivent être aussi nettement recontextualiser notamment la question des traites négrières ce qui serait très intéressant c'est de la regarder dans la très longue durée et notamment dans la question des traites négrières il ya aussi la traite arabe et s'être et arabes la durée initiale en fait oui puis qui a duré de nombreux siècles et qui a fait 17 millions de déportés de déportés africains dans le monde arabo musulman on n'en parle pas du tout madame scolaire donc en fait ce qu'il faut dire ce qui est grave l'annoncé que ce déficit d'enseignement de l'histoire à même le complotisme il ya un sondage qui est sorti je croyais une semaine 38 % des jeunes français pensent que les djihadistes sont manipulés par les services secrets occidentaux c'est à dire que c'est quand même dingue quoi penser des conneries pareilles et ça c'est dû au fait qu'il ya pas de bases historiques réels en fait quand même des connards qui pensent que d'hommes a marché sur la lune oui effectivement oui mais tout ça c'est la base c'est la culture geek dans notre culture réseaux sociaux de ce point de vue là on va accentuer cet individualisme et le fait effectivement d'être tout le temps dans une remise en question permanente des savoirs en fait c'est ça aujourd'hui c'est dire que l'école ces lieux du savoir c'est pas lieu de la croyance si vous voulez croire que la terre est plate grand bien vous fasse mais nous on peut vous prouver que la terreur au monde sait ça l'école alors tu sais état grave et dites vous dans votre livre pas le clientélisme de l'administration si ak des profs et surtout des directeurs d'école qui achètent la paix sociale auprès des petits caïds c'est à dire que en fait c'est un peu comme les hommes politiques finalement qui qui pactisent avec le salafisme pour pas avoir dans merde dans la circonscription on pâtissent toujours avec une petite minorité tyrannique mois la majorité silencieuse qui elle est là pour travailler qui veut être tranquille en particulier dans ces quartiers populaires ou pour certaines familles l'école c'est la seule voie de d'élévation sociale et de ya beaucoup de parents qui sont venus en france pour donner justement à leurs enfants une bonne éducation et qu'ils sont désolés moi j'ai eu tellement de famille qui me disaient mais comment c'est possible qu'à l'école on n'arrive pas ici à être tranquille nous on a quitté notre pays pour pas justement subir ce que on retrouve maintenant aujourd'hui dans la cité aidez nous à pas subir cette tyrannie là et je crois qu'effectivement quand les chefs d'établissement pour avoir la paix bah ouais deal la paix sociale avec la grille zen quinzaine de caïd du collège ben ouais vous avez la paie peut-être mais en réalité vous condamner la majorité qui elle ne peut pas vivre tranquillement et subit cette pression sociale dans le collège mais à l'extérieur du collège et c'est là que c'est encore plus grave ban à bras mais merci d'abord écrit [Applaudissements]

50 thoughts on “Education : La France dernière de la classe ! avec Barbara Lefebvre – Salut les Terriens

  1. Je suis né en Suisse, y ait suivi l'école primaire mais laissez-moi vous dire que les enfants en France sont pour 15% d'entre-eux complètement analphabètes et qui se branlent sur leurs téléphones, ce qui leur évite d'apprendre à écrire, et il faut lire pour bien rédiger (mémoire visuelle); une chose encore, chez nous, il n'y a que 30 à 40 % de bacheliers, l'examen est beaucoup plus difficile…

  2. Une lanceuse d'alerte sur le niveau catastrophique du niveau scolaire, le harcèlement et la violence non réprimée et le manque de discipline … bravo Madame d'oser dire la vérité !

  3. Ardisson est un homme cultivé et intelligent, capable de donner la parole à tous. Dommage qu'il ait été viré de C8. Il mérite vraiment de retrouver une émission.

  4. quand les profs sont chiants , lourds dans leur façon d'enseigner et soporifiques on a pas envie , point , généralement les profs dynamiques et qui donnent envie d'apprendre n'ont pas de problèmes avec leurs élèves , la discipline à l'ancienne ne fonctionne pas et ça ne pourra pas se remettre en place dans notre société actuelle , quant à l'éducation des parents je suis navrée mais quand on a des parents sévères et qui filent des tartes tant qu'on ne sait pas la leçon ça n'apprend rien non plus et ça ne donne rien de bon plus tard .

  5. Une femme extraordinaire ! Pourquoi je l’ai pas eu au collège ou au lycée ? J’aurai apprécié l’histoire bien plus tôt ! Heureusement j’ai pu m’y raccrocher par moi-même et ne pas tomber dans cette décadence nombriliste et illettrée…

  6. ce qu'on oublie de mentionner c'est que le système éducatif en lui même est foireux.La on aborde en gros les conséquence…

  7. Amusant ceux qui ont mi le niveau de l education au plus bas sont ceux qui donnent leurs avis et veulent imposer leurs manières de faire.

  8. Trés mal placée au classement OCDE et Pisa, la France est un des cancres de l'Europe. Mais alors pourquoi est elle aussi difficille à réformer, pourquoi les salariés de cette institution manifestent ils à chaque fois que le gouvernement veut la moderniser ? C'est une question que je me pose. Lors de mes commentaires, je demande si je peut avoir une réponse mais rien du tout. à croire que les personnes qui y travaillent n'ont pas de réponse logique. Comme disait Claude Allègre il ya une trentaine d'années, l'éducation nationale est un mammouth impossible à moderniser

  9. Voilà que le progressisme est devenu une idéologie destructrice et barbare
    Barbara Lefebvre parle de la France qui est incarnée par la droite patriote et populaire la droite de cdg souverainiste celle qui protège son peuple en renforçant sa nation c’est celle des artisans des petites et moyennes entreprises c’est celles des ouvriers et de l’excellence et de l’indépendance de la fierté de soi et de ses traditions et de culture européenne
    C’est celle du protectionisme et des souverainetés territoriales monétaires et législatives celle qui tiendra bon face à Bruxelles et n se couchera pas devant Merkel
    C’est celle qu’incarne le RN et Marine LePen

  10. La priorité c'est lire écrire compter et le respect d'autrui … et l'histoire-géo ? ah non, on s'en fout de ça, faudrait pas que les jeunes connaissent trop l'histoire de leur pays ! et d'ailleurs, tout ces trucs là, c'était pas déjà la priorité ? pauvre éducation nationale, faudrait pas trop les surmener ces petits chérubins (je parle des profs là, pas des élèves)

  11. Prof , enseignant en France en 2019 c’est :

    *un bac + 5 et un concours difficile

    *des conditions de travail très souvent pénibles voire insupportables avec
    beaucoup d'élèves de niveaux, de personnalités, de milieux , de religions et
    d'attitudes comportementales très différentes , avec souvent au quotidien des
    insolences, provocations, insultes, vulgarités, hostilités , bavardages ,
    bruits, manque d'attention, addictions, violences verbales ou physiques
    récurrentes et sans respect ni aucune retenue intérieure vis à vis des adultes
    , vis à vis des enseignants, vis à vis de l'autorité intellectuelle en générale
    souvent méprisée, vis à vis des chefs d'établissement, vis à vis des CPE, des
    surveillants, qui font ce qu'ils peuvent face à cela en "devant accepter
    et accueillir tout le monde mais vraiment tout le monde (dans le public) ".

    *un risque d'épuisement professionnel, dépressions, burn-out, démissions,
    arrêts, significativement plus élevé que dans d'autres professions où l'on ne
    gère pas au quotidien le face à face avec un public général, hétérogène et
    nombreux, risque aggravé par des horaires à rallonges avec en plus de la
    présence ou de la 'garderie' face aux 'jeunes', la nécessité de préparer et
    mettre à jour ses cours, de concevoir les sujets de devoirs, corriger et
    commenter les nombreuses copies (parfois pour pas grand-chose) , faire des
    réunions récurrentes avec la direction, les parents d'élèves, accepter de gré
    ou de force des heures supplémentaires pour le soutien supplémentaire des cas
    les plus problématiques ( que ces derniers acceptent ou pas) ou pour atténuer
    le manque d'enseignants titulaires disponibles, travailler pour 'transmettre et
    aider des jeunes' qui parfois ou souvent n'en n'ont explicitement pas envie .

    * un problème d'image et de reconnaissance du métier dans la société ( ces
    fonctionnaires avec toutes leurs vacances et leur sécurité d'emploi, c'est des
    feignasses qui se plaignent tout le temps et qui servent pas à grand-chose !)
    méconnaissance ou dévalorisation consciente de l'aspect "Education"
    ou activité "Intellectuelle", non intégration du temps long du processus.

    * un manque de soutien de la hiérarchie avec parfois , l'actualité nous le
    rappelle hélas avec notamment le #pasdevague, un déni de réalité et une
    mauvaise foi de confort face à des situations absurdes ou intenables ( si cet
    élève vous a agressé, menacé, humilié et frappé , c'est qu'il est en souffrance
    le pauvre, peut être devriez-vous revoir votre pédagogie et accepter de vous
    adapter à lui , après tout il est mineur et pas responsable , il faut savoir
    composer avec les ados !)

    *un risque potentiel ou réel d'être violenté, voir tué (il y a eu des cas)
    avec des agressions physiques ou des menaces avec des armes diverses par les
    élèves même les plus jeunes ou par leurs parents eux mêmes parfois hostiles.

    *des parents qui cautionnent et valident le comportement hostile insolent
    ou indifférent de leurs enfants face à des enseignants perçus par eux comme des
    incapables ou des 'ennemis' , parents bien souvent eux-mêmes éloignés du
    système éducatif ou du système républicain tout court.

    * des activités et des compétences attendues multitâches, connaitre à fond
    son savoir , le 'transmettre à tous' et le faire de façon pédagogique et
    individualisé même si on est à 30 élevés ou plus par classe parfois ,
    transmettre tant qu'on y est le savoir être, le vivre ensemble, la gestion des
    comportements , la citoyenneté, les sensibiliser à la sexualité, à la laïcité,
    se substituer à l'éducation des parents quand ceux-ci sont absents ou
    démissionnaires, jouer les psy, les flics, les grands frères ….et j'en passe

    * et le tout pour gagner entre 1500 et 2800 euros nets mensuels sur 30 ans
    ( CAPES , prof des écoles) ou entre 1700 et 3200 euros nets mensuels pour les
    très rares qui ont acceptés avec une agrégation de 'servir et d'instruire' des
    jeunes qui n'en demandent pas tant, et le plus souvent au début en REP ou en
    REP + avec ce que cela suppose, là ou bien sûr personne ou presque ne veut
    aller

    Bon courage aux futurs candidats enseignants qui pourtant sont par ailleurs
    indispensables et parfois utiles quand leurs élèves souhaitent apprendre et ont
    un niveau minimum, surtout dans l'économie nouvelle de la connaissance, de
    l'intelligence artificielle, du numérique, du digital, des sciences sociales,
    omniprésentes de plus en plus avec une demande exponentielle d'ingénieurs, de
    statisticiens, d’informaticiens, de scientifiques de tout bord, d'économistes,
    de sociologues, de philosophes, élèves ou adultes qui par ailleurs sont de
    moins en moins nombreux à être au niveau ou à désirer ces carrières-là, surtout
    dans la fonction publique, avec des jeunes qui en grande majorité se
    désintéressent ou qui fuient de plus en plus ces métiers scientifiques ,
    métiers qui sont par ailleurs indispensables et décisifs dans cette nouvelle
    économie de la connaissance du numérique et dans cette compétition
    internationale incontournable, (bien que parfois non désirée), que nous impose
    la mondialisation.

    On ne demande pas à un médecin cancérologue d'empêcher son patient de fumer
    ou de boire, mais on lui demande de guérir un cancer dont il n'est pas le
    responsable : on exige d'un enseignant qu'il élimine ou qu'il réduise le
    déficit ou la faiblesse de capacité cognitive intellectuelle ou comportementale
    de ses élèves ou qu'il fournisse et génère à lui seul des résultats positifs ou
    en progrès , même si les conditions de réalisation de ces derniers se font
    aussi et surtout à l’extérieur de l'école et notamment dans la famille et avec
    (ou sans) l'éducation des parents.

  12. Bavardage en cours, manque de respect aux enseignant, violences verbales et physiques, qui est à l'origine, qu'elle culture ne respecte pas la notre, réponse, ça vient encore de toujours les mêmes.

  13. Qu est ce que vous voulez, on ne peut pas bourré le crâne de nos enfants avec les théories débiles de la LGBT et leur apprendre les fondamentaux lire, écrire et compter, ils n ont pas assez de place dans leurs petites têtes.

  14. Admirable , tout est dit et si bien dit , la description des maux de l'école est clinique , maintenant il faut se demander pourquoi , qui est aux commandes , où est le "bénéfice" de tout ça , qui en profite , de quelle façon , est-ce même visible ? D'autres personnes admirables nous le disent , comme Jean-Claude Milner , Philippe Nemo , M.C.Bartholy , J.P.Despin , Elisabeth Altschull et tant d'autres mais ceux-là vous font déjà tout comprendre …

  15. Moi mon père me mettait des tartes quand il le fallait et franchement je lui dis merci. Aujourd’hui on crierait au scandale

  16. cette femme parle d'or,je partage totalement son diagnostic ,l’École est le creuset de la démocratie et il est important de revoir ses méthodes d'apprentissages et ses présupposes idéologiques

  17. Le complotisme n'a rien à voir avec le manque de culture, c'est uniquement le moyen vicieux de se disculper.

  18. C'est évident que l'éducation nationale ne marche pas et la solution proposée par cette prof est de s'attacher encore plus aux méthodes du passé. Comme le dit Nassim Taleb, ces gens proposent d'adapter les étudiants au programme plutôt que d'adapter le programme aux étudiants.

  19. Par contre madame je ne suis pas tt à fait d'accord avec vous concernant l'éducation, Les gens qui travaillent dans l'éducation nationale sont amenés aussi à éduquer pour deux raison
    1-EDUCCATION nationale et enseignement national
    2-Les gamins passent bcp plus d'heurs à l’école qu'à la maison

  20. Parler nous des bracelets électroniques que vous voulez mettre aux jeunes écoliers. comme les étoiles que mettez les nazis au pauvres.

  21. J'étais d'accord au début mais à la fin ça a vite dégénéré…
    Si je suis d'accord que la discipline est très importante pour apprendre aux enfants de vivre en société, il ne faut pas tomber pour autant dans l'idéologie nationaliste où on cherche absolument à chanter les louanges de ce qu'on a pu faire dans le passé.
    Avant d'être citoyens français, on est citoyen du monde. On n'est pas supérieur aux autres ethnies et aux autres cultures et je trouve qu'au contraire c'est positif d'inculquer ça dès le plus jeune âge, ce qui n'est pas incompatible avec le retour de la discipline.

    Et enfin dernière chose, elle nous parle de la traite arabe, mais elle a oublié de dire qu'elle n'a rien a voir avec la traite occidentale en terme de "chosification" de l'être humain.
    Dans l'un l'esclave était un serf avec des droits, dans l'autre c'est la "chose" de son maitre.
    Si on devait faire une courbe avec en abscisse le degré de déshumanisation et en ordonnée le temps, la traite occidentale serait un haut pic étroit, et la traite orientale serait une chaine de collines.
    Donc oui il a de quoi s'autoflageller…

  22. Oui, il y a des problèmes. Mais de là à mettre tout sur le dos de la pensé "Pédagogiste" faut pas pousser. La Finlande est à fond dans ce qu'elle appelle le "pédagogisme" ou ce qu'elle traite de "péda-gauchisme", et pourtant ils sont dans les premiers du classement. Bizarre non ? ça ne colle pas avec de qu'elle dit. Donc la cause est ailleurs.
    Et personne, je dis bien, personne en pédagogie ne remet en question le cadre. On demande simplement qu'il y ait une réflexion sur le cadre donné pour qu'il soit efficace et juste. "L'ordre et la discipline sont nécessaires", avait affirmé Freinet, "mais pas n'importe quel ordre, ni n'importe quelle discipline".

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *